Nos licenciés ont la poésie à fleur de peau !

Comme vous le savez, sur notre site, il n’est pas toujours question que de pétanque. En témoignent les « portraits anniversaires », la villégiature de nos adhérents, leurs chers animaux etc…Il se trouve que l’un d’entre eux m’a envoyé une poésie que j’ai plaisir à vous faire connaître, puisqu’elle est quelque peu liée à la pétanque ! Ceci dit, moi qui ai fait quelques études littéraires, qui pense connaître un tantinet les finesses de notre langue (à mon humble niveau), j’aurais besoin d’une petite explication de texte concernant deux ou trois lignes de ce qu’il vous est proposé ci-après !

Ce texte est l’œuvre d’Armel BUNEAUMENUE , anagramme sous lequel se cache notre auteur. En cherchant un peu vous trouverez certainement le nom de notre licencié !

Si toutes fois vous avez des talents cachés en quelque matière que ce soit, dessin, sculpture, peinture, pêche, chasse, modèle réduit, jardinage, bricolage ou dans tout autre discipline qu’elle soit intellectuelle ou physique, si vous avez une activité digne d’intérêt et autre que la pétanque, faites-moi part de vos talents qu’on puisse les partager avec notre petite famille et éventuellement les mettre à profit !

Entre fanny et treize

Sur un morne sol de graves aux formes parfois irrégulières

Dans un espace ou une farandole de braves s’entend marteler la terre,

Il s’entremêle, se blesse, se caresse l’acier

À l’aspect lisse ou plus élégamment moiré

Des sphères alliant dureté et plus grande tendresse

Dans un mouvement contrôlé et libre de toute adresse 

Le fer vient rejoindre le bois dans ses quartiers de noblesse.

Plus attentif, plus accueillant, moins pur que le marbre

D’habitude hostile à une autre nature que la sienne

D’une descendance noble de la race des arbres

Il se laisse approcher d’une matière produite d’une reine.

Les maître-tireuses n’écoutent pas la même chansonnette

Prêtes à perdre dans la bataille, quelques lambeaux de peau

Elles cèdent à leurs voisines pointeuses, ultime disette

Laissant parmi le sable, seul débris de ferraille et vulgaires copeaux.

La chaleur du bois attire beaucoup de convoitise

Quand on descend d’une famille à sang froid

Chez les futées assaillantes ou les artilleuses de Guise

Des terres de Saint Quentin jusqu’à celles de Charleroi

Que la douceur soit employée ou bien même la force

Le foyer et ses antres finiront habités jusqu’à la moindre écorce.

Puis la grande musique emprisonnée en forteresse de Salse

Commence à se faire conduire d’un chef d’orchestre

Que les plus grands adeptes en matière de valses

Se font tourner la tête comme un manège équestre

C’est ainsi que les étoiles du jeu ne filent plus la même trajectoire

Rythmant jusque là un ballet de courbes et de lignes majestueuses

Portées désormais par un geste plus vacillant chargé en désespoir

Leurs cœurs montrent d’intenses vibrations au contact de leurs amoureuses.

A l’approche de la victoire périssent les âmes sensibles

Les jurons et les pleures s’entendent entre cour et diocèse

Les plus croyants d’entre eux remettrons leur sort à la bible

Mais Dieu écoutera les prières de ceux qui finissent en treize

Armel BUNEAUMENUE

2 réflexions au sujet de « Nos licenciés ont la poésie à fleur de peau ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.